Tanger, LA BELLE MARIEE QUI DEVIENT UNE POUBELLE…

Tanger


Tanger la mariée du Nord du Maroc est devenue la capitale des déshérités et des sans-abris…


Pourquoi cette ville du Nord du Maroc, qui était attrayante et sereine, est devenue, en quelques années, une mégapole , de plus de 2 Millions d’habitants, qui attire toutes les misères du monde ? Du pays comme d’autres contrées encore ? Est-ce-que c’est à cause de sa réputation ? Ou à cause de trop de PUB que cette ville a eue pour son hospitalité, sa tolérance et son bon vivre ?
Si on fait un tour dans la ville, on voit de tout…Des enfants de la rue par hordes, des mendiants par centaines, des sans-abris par dizaines, etc.
Devant tous les trottoirs de la ville, tous les feux rouges, toutes les rentrées des cafés et restaurants, nous trouverons des mendiants, des demandeurs d’aides de toute sorte et des africains aussi, qui font la file de la quémande et qui demandent un peu de votre générosité…
Tanger a subi ces dernières années une attaque quasi-organisée de toutes ces hordes…
Toutes ses rues et trottoirs ont été pris d’assaut. Aux portes de chaque magasin, de chaque librairie, de chaque boucher, de chaque pâtissier,…on trouve un autre un autre, dehors sur le passage piéton, avec la même marchandise…
Aucun commerce n’en échappe. Et il faut peiner pour se frayer son chemin. Quel malheur et quel changement énormes ! Dans les quartiers populaires, tous les rez de chaussées des maisons d’habitations se sont transformés en commerces.
Le reste de la beauté de cette ville est parti en fumée en quelques années. La ville toute entière est envahie par des gens venus d’ailleurs, à la recherche d’une ‘bonne affaire’, d’une ‘hamza’, cela nous rappelle le temps des pirates qui partaient aux confins du monde à la recherche d’un trésor. Et à l’abordage, ils ne trouvaient que de la misère. Voilà ce qu’est devenue cette ville, jadis charmante… Pauvre Tanger, tu n’es plus reconnaissable à nos yeux. Sauf dans des livres d’histoire, de souvenirs et des cartes postales d’antan…
Quant aux responsables de cette ville, que font-ils ? Où sont-ils ? Parcourent-ils ces ruelles pour voir ce qui s’y se passe ?
Au Boulevard, à Sour el Meqqazine, à la rue de Fès, à la rue du Mexique, à la rue de la Liberté, etc. Toutes ces rues sont remplies d’enfants des rues, de mendiants et d’handicapés mendiants,…Aucun trottoir n’en échappe. Et si par malheur, un passant ou une passante s’aventure dans une des rues adjacentes, il (elle) devient vite une proie facile et possible d’une agression de laz part de ces gens.
Les rues de Tanger sont infectées, nauséabondes, car elles sont devenues des poubelles et des urinoirs publics. Et qui peut oser mettre les points sur les ‘i’ et faire face à ce phénomène de dégradation de cette ville, qui va ‘crescendo’ ?
Comment peut-on parler du projet du grand Tanger, avec 700 Milliards d’investissements prévus ?
Les étrangers qui visitent cette ville, comme les MRE ne s’y retrouvent pas du tout. Et c’est à cause de l’insécurité qui y règne et à cause de la colonisation de ses rues par ces hordes humaines venues d’ailleurs et d’un peu partout.
Quant au groupe de touristes qui ose visiter la ville ou l’ancienne ville, il est vite pris de panique quand il doit faire face aux nombreux enfants des rues et aux mendiants de tous bords , qui ne cessent de leur barrer le passage et de leur demander quelques sous…
Les autorités se détournent de ce phénomène et n’osent plus y faire face. Il n’y a pas de lieux où héberger ces gens, voilà pourquoi. Alors, on attend, on attend quoi ? Un miracle. Mais tout le monde sait qu’il n’y a plus de miracles.
La ville de Tanger devient chaque jour une ville défigurée, une ville sale, une ville qui ne garantit plus un minimum de quiétude.
Tanger Port de Plaisance ? Oh quelle prétention ? Qui peut y croire ? Une ville éclairée comme Paris ? Qui a dit ça ? Des autorités qui veulent nous faire oublier cette triste réalité, oui, mais cela ne convainc personne.
Cette ville va à l’abime, c’est sur si cela continue, et si personne n’osera le dire clairement et franchement…. Quant aux habitants, eux le savent certainement.

De Tanger, Ahmed Benhamou, ce Lundi 8 septembre 2014. Ainelmohajir.be