Coup d'Etat en Mauritanie: président arrêté

Ce coup de force des militaires en Mauritanie intervient moins d’un anet demi après l’élection présidentielle de début 2007, saluée comme un »modèle démocratique » pour l’Afrique et le monde arabe.

« Le généralOuld Abdel Aziz, chef d’état-major particulier du président etcommandant de la garde présidentielle, démis de ses fonctions dans lamatinée, est le meneur du coup d’Etat, en réaction à son éviction », aindiqué la présidence.

Sans violence
Le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi et son Premier ministre YahyaOuld Ahmed Waghf ont été arrêtés dans la capitale Nouakchott,respectivement à sa résidence et à son bureau. Ce sont des membres degarde présidentielle qui ont procédé à ces interpellations inattendues.

Ilsont coupé les téléphones de la présidence, et confisqué tous lestéléphones de la première dame. « Cela s’est fait sans violence pour labonne raison que ce sont des éléments putschistes qui assuraient lasécurité du président », a expliqué le porte-parole du chef de l’Etat.

Décret controversé
Sidi Ould Cheikh Abdallahi avait pris mercredi un décret nommantquelques nouveaux officiers au niveau de la garde présidentielle, del’état-major national et la garde nationale. Ces officiers, troisgénéraux, ont refusé d’obtempérer à l’ordre présidentiel et sont entrésen rébellion contre l’ordre constitutionnel.

Lesputschistes, organisés en « conseil d’Etat » dirigé par le généralMohamed Ould Abdel Aziz, ont annulé à la mi-journée ces dernièresnominations au sein de l’armée, selon un communiqué. Le texte lu par leministre de la Communication à la TV d’Etat indique que le décret surles nominations présidentielles est « nul et sans effet ».

Lasituation est restée calme dans la capitale, où aucun coup de feu nibarrage n’a été signalé. Des militaires se sont positionnés près de laprésidence et aux environs des locaux de la radio et de la télévision.L’aéroport international de Nouakchott a été fermé.