Le Québec veut toujours plus de Français

PAUL HERIKSO

Le Québec veut toujours plus de Français

Chaque année, la Direction des services d’immigration du Québec organise une opération de recrutement pour trouver plusieurs milliers de travailleurs français près à traverser l’océan Atlantique. La province canadienne cherche de la main-d’œuvre de tous niveaux pour de nombreux secteurs. Le Consulat général de France à Montréal compte ainsi 61 000 Français inscrits au Registre des Français à l’étranger dans sa circonscription. Ce chiffre est resté assez stable pendant la pandémie, mais il doit être analysé avec prudence : l’inscription au Registre n’est pas obligatoire (il y aurait en réalité de 120 000 à 150 000 Français dans la circonscription).

L’immigration pour sauver la francophonie

La situation du français à Montréal suscite de l’inquiétude au Québec. À tel point que le premier ministre, François Legault, inquiet de la situation dans certains commerces, où il est difficile de se faire servir en français, vient d’annoncer que son gouvernement va réformer en profondeur la loi 101. Le ministre responsable de la langue française, Simon Jolin-Barrette, s’engage à lui donner plus de mordant et songe même à l’étendre. L’autre solution pour renforcer le français dans la province canadienne est de faire appel à l’immigration : Français, Belges, Suisses, Africains, etc.

Et son économie

En sus, la province est touchée par le vieillissement de sa population, il y a donc des postes à combler avec les départs en retraite. L’économie tourne à plein régime depuis plusieurs années. Le taux de chômage ne dépasse pas les 6 %, certaines régions frôlent même le plein-emploi. Il y aura 1,4 million d’offres d’emplois à pourvoir à l’horizon 2026. Les besoins sont grands dans le secteur des jeux vidéo, de l’ingénierie ou la santé où l’on cherche des infirmières et des aides-soignantes. Dans l’agroalimentaire, la restauration, les transports et le BTP, on recrute aussi pour faire face aux carences.

©AFP

Une communauté française dynamique

Depuis 10 ans, la communauté française au Québec connaît un fort taux d’accroissement. Le nombre de Français inscrits sur les registres consulaires de Québec et de Montréal a presque doublé depuis 2005, passant de 45890 à 80900 (+76%). Chaque année, entre 3 000 et 4 000 Français s’établissent ainsi au Québec sous le régime de la résidence permanente. S’y ajoutent les étudiants, les détenteurs de permis temporaire ou d’un permis vacances-travail. Dans la ville de Québec et sa région, ils constituent le premier groupe d’immigrants.

S’adapter au pays

Les Québecois sont francophones mais ils ont une conception du travail plus nord-américaine. Le poids de la hiérarchie est moins fort qu’en France. C’est aussi plus facile de se reconvertir car la souplesse est vue comme une qualité.

Mais au-delà de l’accent, il ne faut pas sous-estimer la période d’adaptation quand on vient de l’étranger. Les salaires sont comparables, mais il n’y a que deux semaines de congés payés par an en début de carrière. Le CDI n’existe pas, même si les emplois syndiqués permettent des renouvellements automatiques. Même avec une promesse d’embauche, il faut être conscient de la différence des mœurs avant d’aller travailler au Québec.

Comme s’installer au Québec ?

Si vous êtes un travailleur qualifié et souhaitez émigrer au Québec, vous devez suivre les étapes suivantes :

En vertu de la loi canadienne, le Québec peut choisir lui-même ses immigrants. Ces derniers doivent tout de même respecter les exigences d’IRCC pour être admis au Canada. Voir les motifs d’interdiction de territoire.

Première étape

Communiquez avec le Ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion du Québec et remplissez une demande de Certificat de sélection du Québec (CSQ).

Deuxième étape

Si le gouvernement du Québec approuve votre demande de Certificat de sélection du Québec, vous devez ensuite envoyer une demande de résidence permanente au Bureau de réception centralisée des demandes (BRCD) de Sydney, en Nouvelle-Écosse, Canada. À la lumière des renseignements que vous aurez présentés, un agent d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada approuvera ou refusera votre demande.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.