L’inflation au Maroc aggravée par l’exportation des produits alimentaires

Au premier trimestre de 2008, l’inflation au Maroc (mesurée par l’indice du coût de la vie ICV), s’est située à 2,4%, et selon les prévisions du haut commissariat au plan (HCP) elle atteindrait 3,2% au deuxième trimestre.
Sur le seul mois de mars, l’inflation a été de 3,2%. En effet, l’inflation alimentaire a été de 5,5% sur ce mois et  de 4,5% sur les trois premiers mois de 2008. Et ce qui paraît être la source de l’exaspération des consommateurs, c’est surtout le fait que ce sont les produits alimentaires, plus particulièrement ceux consommés presque quotidiennement, qui ont subi les hausses les plus importantes

Ce profil de l’inflation, apparu depuis le quatrième trimestre 2007, est à l’opposé de celui de 2006 où l’inflation (3,3%) était essentiellement d’origine énergétique même si la hausse s’est propagée à d’autres produits, comme les services, le transport et quelques produits alimentaires.

 Désormais planétaire, la crise qui affecte les matières premières agricoles n’est plus seulement conjoncturelle mais aussi structurelle comme par exemple la hausse de la demande des pays émergents comme la Chine et l’Inde, et réaffectation de quantités de plus en plus grandes de produits agricoles à la production de biocarburants.
D’où la persistance du phénomène inflationniste dans le monde et qui a atteint le Maroc via les importations de produits alimentaires de base comme les céréales, les oléagineux, le sucre, les produits laitiers, notamment.
En revanche, les prix des produits agricoles frais ont, eux, connu au contraire une décélération par rapport à leur niveau de 2006/2007. C’est ce qui explique que, dans le niveau de l’inflation pour le premier semestre 2008, la part de l’alimentation hors frais est prépondérante, puisqu’elle y a contribué pour 1,3 point.
 Source : la vie éco