JO 2021. Toulouse : Sarah Fraincart représente pour la première fois le Maroc en aviron aux Jeux de Tokyo

A 21 ans, la rameuse Sarah Fraincart participe aux J.O de Tokyo. Elle représente pour la première fois l’aviron marocain lors d’une compétition olympique. La jeune étudiante s’est entraînée durement avec le pôle France d’aviron de Toulouse afin de préparer au mieux ce grand rendez-vous.

Sarah Fraincart représente pour la première fois le Maroc en aviron aux J.O de Tokyo - juin 2021.
Sarah Fraincart représente pour la première fois le Maroc en aviron aux J.O de Tokyo – juin 2021. • © FTV

Haute-GaronneToulouseAube

Sarah Fraincart doit parfois se pincer pour y croire. La jeune rameuse de 21 ans est à Tokyo au Japon pour participer sous les couleurs du Maroc aux épreuves d’aviron des 33e Jeux Olympiques de l’ère moderne (23 juillet-8 août). C’est la première fois que le royaume chérifien est représenté dans ce sport lors des Olympiades.

Sarah Fraincart, spécialiste de skiff (embarcation à une place), participera aux J.O de Tokyo sous les couleurs du Maroc
Sarah Fraincart, spécialiste de skiff (embarcation à une place), participera aux J.O de Tokyo sous les couleurs du Maroc • © Vincent Fraincart

Une rameuse franco-marocaine

Née à Troyes dans l’Aube, Sarah Fraincart vit et éudie à Toulouse depuis trois ans. Elle a grandi entre un père français et une mère marocaine originaire de Marrakech. Des parents qui la soutiennent « à 200% et sont très fiers de tout ce qui m’arrive ! » confie-t-elle sur le ponton du Pôle France d’Aviron de Toulouse qui lui sert de base d’entraînement.

La découverte de l’aviron à l’adolescence

Sarah a découvert l’aviron à l’âge de 14 ans, à l’occasion de stages de vacances organisés dans sa région d’origine. Elle se passionne pour la discipline, se licencie à la Société Nautique Troyenne, découvre les premières compétitions, l’esprit d’équipe et les premiers podiums, avant de venir s’installer à Toulouse pour y suivre ses études il y a trois ans.

Repérée par la fédération marocaine lors de vacances en famille

En 2017, lors des vacances d’été passées au Maroc, Sarah et sa famille font escale à Kenetra, une ville côtière du Royaume. Elle y découvre au hasard d’une recherche internet l’existence d’un club d’aviron, l’un des plus vieux du pays. Et effectue une sortie avec des rameurs marocains sur le fleuve Sébou, histoire de fraterniser autour d’une passion et d’entretenir la forme.

Ses aptitudes et ses performances tapent dans l’oeil de l’entraîneur, qui lui propose de participer quelques jours plus tard à une régate internationale organisée à Rabat par la fédération royale marocaine d’aviron. Confrontée à des homologues espagnoles, algériennes, tunisiennes ou anglaises, Sarah se hisse en haut d’un podium. Elle choisit désormais de ramer sous les couleurs du Maroc.

Sarah Fraincart aux championnats du monde de Sarasota (U.S.A) en 2017
Sarah Fraincart aux championnats du monde de Sarasota (U.S.A) en 2017

La qualification pour les J.O de Tokyo obtenue en 2019

Les compétitions internationales et les perfs s’enchaînent. En 2019, la spécialiste de skiff (embarcation à une place) brille dans sa discipline aux Jeux Africains (3ème place). Elle décroche la même année le sésame olympique pour Tokyo en se classant quatrième lors d’une régate continentale qualificative organisée à Tunis.

Source : France Infos