Vues d'Afrique Avocat Me Wadii Mahammadi Vues d'Afrique

Israël, une démocratie devenue illusoire

Le Monde

Vues d'Afrique

Le nouveau gouvernement israélien, qui fait la part belle aux suprémacistes juifs et aux ultraorthodoxes, prévoit notamment d’étendre les colonies. Plus de cinquante ans après la conquête par la force de Gaza et de la Cisjordanie, pérenniser cette domination implique un prix politique et diplomatique.

La composition du nouveau gouvernement israélien intronisé le 29 décembre et la part obtenue en son sein par les formations les plus radicales qui n’aient jamais été représentées à la Knesset (le Parlement) parachèvent une évolution sans précédent de l’Etat hébreu. Si la tentation illibérale et réactionnaire sortie des urnes ne concerne que les Israéliens eux-mêmes, il en va autrement de la volonté de domination des territoires palestiniens, qui constitue l’autre feuille de route de ce gouvernement. La perspective n’est plus celle de deux Etats, mais celle d’une annexion lourde de périls.

Plus de cinquante ans après la conquête par la force de Gaza et de la Cisjordanie, il n’est plus possible de considérer le régime militaire israélien qui y sévit comme relevant d’une occupation temporaire. En un demi-siècle, indépendamment d’une Autorité palestinienne déliquescente, ce régime d’exception n’a cessé de se perfectionner pendant que les autorités israéliennes facilitaient l’installation de citoyens israéliens de confession juive à l’intérieur de ces territoires conquis, en violation du droit international.

Depuis quelques mois, des protestations enflammées dénoncent l’usage, par les organisations de défense des droits humains, du terme d’apartheid pour désigner le système auquel les Palestiniens sont soumis. Les avocats d’Israël sont coutumiers de cet activisme, d’autant que la bataille n’est pas que sémantique, compte tenu de ses implications juridiques potentielles pour la Cour pénale internationale, qui enquête sur les crimes commis dans ces territoires. Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Elections législatives en Israël : « La question palestinienne a été reléguée dans un angle mort. Comme si elle ne se posait pas »

La vigueur de cette réaction ne saurait masquer la seule réalité qui compte et qui devrait susciter l’unique indignation recevable : celle d’un régime allouant sur la même terre des droits différents à des populations différentes définies par des critères ethniques. Pendant que les Palestiniens sont enfermés dans des enclaves livrées au bon vouloir de l’occupant, un cadre juridique spécifique qui ne bénéficie qu’aux Israéliens de confession juive garantit la continuité entre l’Etat reconnu par la communauté internationale et ces terres occupées. Cet état de fait est la conséquence de la stratégie qui conduit à l’annexion.

Impunité

Le fait que les alliés d’Israël s’y soient résignés, comme les Etats arabes, qui ont normalisé sans ciller leurs relations avec l’Etat hébreu, ne retire rien à la monstruosité ainsi créée, illustrée entre autres par la systématisation des expropriations, l’absence de liberté de circulation ou le recours à une violence asymétrique, en toute impunité. Le retrait de Gaza n’a d’ailleurs jamais empêché Israël d’exercer sur ses habitants une pression impitoyable, comme en témoigne le blocus inhumain imposé à ce territoire en perdition.

Pérenniser cette domination sur la totalité de l’espace territorial qui s’étend de la Méditerranée à la frontière avec la Jordanie implique un prix politique et diplomatique. Le caractère démocratique d’Israël devient illusoire. Les 5 millions de Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie subissent en effet un régime qui gouverne leur vie dans ses moindres détails. Lire aussi : Article réservé à nos abonnés « Gaza est un homme qui pleure et qui ne veut pas le dire » : l’enclave traversée du Nord au Sud, entre mer et mur

La remise en cause concerne aussi les alliés occidentaux de l’Etat hébreu. Ils ont longtemps exalté des valeurs communes pour masquer leurs reniements sur la question palestinienne, mais ces dernières sont plus que jamais introuvables. Qu’ils ne s’étonnent donc pas de susciter l’indifférence d’une partie du monde lorsqu’ils appellent, ailleurs, au respect des droits des peuples.

Le Monde : https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/12/30/israel-une-democratie-devenue-illusoire_6156078_3232.html

Vues d'Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vues d'Afrique