Mauritanie: rassemblement des partisans du président renversé, USA suspendent leur aide

 Plusieurs centaines de partisans du présidentmauritanien renversé, dont des ministres et des députés, se sontrassemblés vendredi à Nouakchott pour marquer leur opposition au coupd’Etat militaire et demander le retour du chef de l’Etat.

Ils’agit du premier rassemblement en faveur de Sidi Ould Cheikh Abdallahiorganisé depuis le putsch, mercredi, contre le premier présidentdémocratiquement élu du pays. Il intervient au moment où la juntereçoit des émissaires de la communauté internationale pour tenter dejustifier son action.

A la sortie du meeting, des jeunes brandissaient des portraits géants du président renversé et faisaient le « V » de la victoire.

LeFront national pour la défense de la démocratie, créé par quatre partisen réaction au coup d’Etat, avait convoqué une conférence de presse quis’est transformée en meeting.

« Nous continuerons la lutte jusqu’àl’aboutissement de notre objectif », c’est-à-dire le rétablissement duprésident Ould Cheikh Abdallahi, a déclaré Alkhalil Ould Teyib, premiervice-président de l’Alliance populaire progressiste (APP).

Lesintervenants successifs ont réaffirmé que Ould Cheikh Abdallahi restaitle « seul et unique président légitime » et demandé aux militaires de »regagner leurs casernes ».

Ils ont souhaité que l’opinioninternationale continue de faire pression sur la junte qui a mis enplace un Haut conseil d’Etat après avoir arrêté le président élu. Etils ont refusé tout dialogue pour entrer au gouvernement ou organiserde nouvelles élections.

Le programme de lutte du Front prévoientdes marches (autorisées), sit-in, conférences de presse et campagnes desensibilisation de l’opinion.

De leur côté, quatre partisd’opposition au président renversé ont au contraire demandé vendredi àla junte d' »engager des concertations » sur la période de transition,avant la tenue d’une nouvelle élection présidentielle. Leur textesemblait déjà légitimer le pouvoir des putschistes.

A Nouakchott,le président Ould Cheikh Abdallahi a été transféré jeudi de la casernede la garde présidentielle à une villa surveillée, avec son Premierministre et trois autres dignitaires, a indiqué une source sécuritaire,affirmant qu’il dispose de « la radio, la télévision et d’autrecommodités ».

L’épouse et les trois enfants du président avaient pu regagner jeudi leur domicile privé.

« Jesuis inquiète surtout pour la santé et la sécurité de mon père tantqu’il ne sera pas relâché », a déclaré vendredi à l’AFP la fille duprésident. « Je ferais porter la responsabilité à ceux qui leséquestrent s’il lui arrivait quoi que ce soit. Il est parti de chezlui en grande forme », a-t-elle insisté.

Dans les même temps, lesreprésentants de la communauté internationale se succèdent auprès de lajunte. Un émissaire de la Ligue arabe est arrivé vendredi soir àNouakchott et une délégation de l’Union africaine (UA) est attenduesamedi soir.

Le général Mohamed Ould Abdel Aziz, ancien dirigeantde la garde présidentielle qui avait mené le coup d’Etat, avait déjàreçu jeudi le secrétaire général de l’Union du Maghreb arabe (UMA),Habib Benyahya.

Les Etats-Unis, eux, ont déjà suspendu leur aidebilatérale non-humanitaire à la Mauritanie, dont le régime renverséétait un allié de Washington dans la lutte contre le terrorisme. Ils’agit, à ce jour, de la seule mesure concrète prise par la communautéinternationale en protestation contre le putsch.