Vues d'Afrique Avocat Me Wadii Mahammadi Vues d'Afrique

Le drame des Marocains bloqués à l’étranger

Ce n’est pas la première fois que des milliers de Marocains se retrouvent dans une telle situation dramatique. Faut-il, une nouvelle fois, attendre qu’ils manifestent par centaines et organisent des sit-in devant les consultas marocains pour que les autorités marocaines bougent et décident enfin de les rapatrier?

Vues d'Afrique

L’histoire se répète. Après la mésaventure des 32.000 Marocains bloqués à l’étranger en 2020 suite à la fermeture des frontières aériennes pour lutter contre la propagation du Covid-19, voici que d’autres citoyens vivent actuellement le même calvaire. Le gouvernement a décidé de fermer le ciel marocain le 29 novembre dernier pour se prémunir contre le variant Omicron du Covid-19. Une décision qui a eu des répercussions désastreuses pour des milliers de Marocains qui se sont retrouvés du jour au lendemain bloqués à l’international, sans que le gouvernement ne leur propose des solutions efficaces pour leur rapatriement.

En effet, deux semaines après la fermeture des frontières, les autorités marocaines ont décidé «d’autoriser, à titre exceptionnel, des vols de passagers à destination du Royaume à partir de 3 pays (le Portugal, la Turquie et les Émirats Arabes Unis), afin de permettre le retour au Maroc des citoyens marocains qui résident effectivement au Royaume et qui ont été bloqués à la suite de la suspension des vols», a annoncé le lundi 13 décembre 2021 le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger.

Pour cette opération qui a débuté le mercredi 15 décembre 2021, le ministère précise que les frais de voyage sont à la charge des bénéficiaires, que chaque passager doit présenter, avant l’embarquement, un test PCR de moins de 48 heures et que les passagers seront confinés pendant 7 jours dans des hôtels dédiés, à la charge du gouvernement marocain. Des tests PCR sont aussi effectués durant la période de confinement, toutes les 48 heures.

Sans domicile fixe
Contacté par nos soins, un citoyen marocain bloqué aux Etats-Unis regrette «la passivité et le mutisme» du gouvernement face aux doléances des Marocains bloqués à l’étranger. «Déjà, je ne comprends pas le choix des trois pays. Il s’agirait, selon les autorités, de hubs régionaux d’où les Marocains pourraient rentrer au pays. Mais pour mon cas, je dois me rendre jusqu’à Istanbul pour prendre un autre avion à destination de Casablanca. Ça me reviendra extrêmement cher, plus que le double du prix d’un billet New York-Casablanca. Pire, dès la fermeture des frontières marocaines, les prix des vols spéciaux ont explosé», s’indigne notre contact, qui loge pour le moment chez un membre de sa famille en attendant l’ouverture des frontières.

Si notre interlocuteur doit urgemment rentrer au pays pour des raisons professionnelles, il serait mieux loti que d’autres Marocains qui sont devenus des sans domicile fixe (SDF), sans argent et sans nourriture. «Quand on appelle le consulat marocain, personne ne répond. Et quand on nous répond, on nous demande seulement d’inscrire notre nom sur la liste des futurs rapatriés. Nous ne bénéficions d’aucune aide ou de soutien. Nous sommes désemparés. Heureusement que des MRE nous accompagnent dans ce calvaire, mais jusqu’à quand?», crie un Marocain bloqué à Montréal.

Ce n’est pas la première fois que des milliers de Marocains se retrouvent dans une situation dramatique. Faut-il, une nouvelle fois, attendre qu’ils manifestent par centaines et organisent des sit-in devant les consultas marocains pour que les autorités marocaines bougent et décident enfin de les rapatrier comme c’est le cas par d’autres pays qui ont mobilisé des dizaines d’avions pour rapatrier leurs citoyens partout dans le monde? L’affaire des Marocains bloqués à l’étranger a atterri au parlement.

Le 6 janvier 2021, la parlementaire usfpésite Latifa Cherif est revenue à la charge en adressant une question orale au ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita. La parlementaire lui demande de résoudre rapidement ce problème et de programmer des vols au profit des Marocains bloqués.

Source : Maroc Hebdo

Vues d'Afrique
Vues d'Afrique