immigration au Canada:LE RÔLE DE L'AVOCAT DANS LE PROCESSUS D'ENTREVUE

VOTRE PERCEPTION DE L’IMMIGRATION

Pour bien des gens, immigrer signifie obtenir un visa de résidence permanente. Et bien détrompez-vous.

L’immigration, la vraie, commence le jour où vous allez descendre de l’avion, à votre arrivée au Canada. Et l’entrevue de sélection vise notamment à vérifier si vous êtes préparé à immigrer au Canada, dans tous les sens du terme.

Le rôle de l’avocat ne doit donc pas se limiter, à traiter l’aspect légal ayant trait aux démarches d’immigration. L’aspect humain entourant un tel projet me semble tout autant, sinon plus important.

Aussi importe-t-il de bien préparer son client à l’entrevue de sélection, car cette préparation sera une aide indispensable pour l’installation et l’intégration du candidat à son arrivée au Canada.

L’EXEMPTION D’ENTREVUE

L’entrevue de sélection n’est pas une fin en soi, puisque certains candidats peuvent en être exemptés. En effet, un individu qui, avant même l’entrevue, obtient un nombre très élevé de points, pourra demander à être exempté d’entrevue.

Toutefois, cette exemption n’est jamais accordée de façon automatique. Elle est plutôt laissée à la discrétion de l’agent d’immigration qui évalue le dossier. L’agent croyant nécessaire de vérifier certains éléments, telle la connaissance du français ou de l’anglais du candidat, par exemple, pourra être justifié à convoquer le candidat en entrevue, malgré le nombre de points obtenus à l’évaluation préliminaire du dossier.

Quoi qu’il en soit, préparer un candidat à l’entrevue est essentiel, même si cette entrevue ne doit jamais avoir lieu. Car les informations et réflexes acquis lors de cette préparation seront extrêmement utiles au candidat lors de son arrivée au Canada.

LA PRÉPARATION À l’ENTREVUE

Il ne faut pas se le cacher, l’entrevue de sélection est un moment difficile à passer pour la majorité des candidats.

L’entrevue en soi n’a rien de si terrible. Par contre, en y ajoutant la nervosité, la crainte du refus, et l’importance de la démarche dans son ensemble, il est aisé de comprendre l’angoisse anticipée de certains candidats.

Une bonne préparation à l’entrevue permettra en général de contrôler cette angoisse, et de faire de l’entrevue de sélection une démarche positive et constructive pour le client.

Ainsi, un avocat ayant déjà accompagné un client en entrevue, ne devrait rencontrer aucune difficulté à préparer efficacement ce dernier. Une préparation complète devrait notamment inclure les éléments suivants:

Contexte de l’entrevue (ponctualité, tenue vestimentaire adéquate, durée de l’entrevue, attitude de l’agent d’immigration etc…);

Documents à apporter;

Type de questions à être posées;

Façon de répondre aux questions;

Attitude à adopter pendant l’entrevue.

Car il ne faut pas penser qu’il suffit de connaître plusieurs données factuelles sur sa destination d’établissement et sur le Canada en général pour se voir accorder un résultat positif.

Le candidat devra convaincre l’agent d’immigration en cours d’entrevue de sa motivation à immigrer au Canada, et surtout de sa capacité d’adaptation, éléments indispensables au succès de la démarche.

Un candidat doit donc, avant l’entrevue, connaître plusieurs éléments de la vie socio-économique du Canada, plus particulièrement dans sa sphère d’activités. Il devra également pouvoir indiquer à l’agent comment il compte trouver un emploi au Canada, et avoir réfléchi aux solutions possibles en cas de difficultés.

Bref, il ne s’agit là que de simples exemples, qui tendent à démontrer la complexité de la démarche dans son ensemble, et la nécessité absolue d’être bien préparé.

ACCOMPAGNEMENT À L’ENTREVUE

Un avocat, contrairement à un consultant en immigration, est autorisé à accompagner son client en entrevue si la destination d’établissement de ce dernier se trouve dans la province du Québec.

Ce soutien est non négligeable, bien que facultatif, car la présence de l’avocat pendant l’entrevue se veut d’abord préventive. C’est-à-dire que l’avocat interviendra le moins possible pendant l’entretien, de façon à ne pas porter atteinte à la crédibilité du candidat.

L’avocat intercédera toutefois en faveur de son client en cas de difficulté ressentie par ce dernier au moment de l’entrevue : blocage ou mauvaise compréhension d’une question posée par l’agent, par exemple.

L’avocat prendra également des notes pendant l’entrevue, afin de pouvoir contester efficacement, le cas échéant, un refus injustifié de l’agent d’immigration.

Bref, le rôle de l’avocat dans le processus d’entrevue est subtil mais essentiel. Il maximise les chances de succès du candidat à l’entrevue, oui, mais également à l’arrivée de ce dernier au Canada, là où tout se jouera.