Vues d'Afrique Avocat Me Wadii Mahammadi Vues d'Afrique

Forum Economique de Davos

Polycrise et fragmentation

Vues d'Afrique

Par Jawad KERDOUDI

Président de l’IMRI

(Institut Marocain des Relations Internationales)

Le Forum économique de Davos qui regroupe l’élite politique et économique mondiale a terminé ses travaux le 20 Janvier 2023. Le nombre des participants est impressionnant : 2.700 dont 600 PDG, 51 Chefs d’Etat, 121 ministres, et 19 gouverneurs de banques centrales. La Russie est absente alors que l’Ukraine est fortement représentée, et que la Chine participe par son Vice-Premier ministre. Le succès du Forum de Davos est dû au niveau élevé des panélistes, mais aussi parce qu’il permet des rencontres B to B tout au long des quatre jours du Forum.

Le Forum s’est concentré sur les crises qui ont jalonné l’année 2022. C’est d’abord la crise sanitaire qui a continué notamment en Chine qui a pratiqué la politique zéro Covid. L’absence prolongée de la deuxième puissance économique mondiale a faussé le jeu de l’offre et de la demande sur le marché international. La deuxième crise est celle de la guerre d’Ukraine qui dure depuis quasiment un an, et qui a eu des effets multiples sur l’énergie, les matières premières, amplifiant une inflation très élevée. La troisième crise est celle du changement climatique qui a occasionné des phénomènes naturels extrêmes : inondations, incendies, fortes chaleurs.

Le thème du Forum Davos 2023 était « Coopérer dans un monde fragmenté ». En effet il a été constaté que chaque pays s’est replié sur lui-même, en essayant de trouver d’une façon isolée les solutions à la polycrise. On peut citer à titre d’exemple les subventions accordées par la Chine et les Etats-Unis pour promouvoir l’industrie verte. Une autre crise sociale est dénoncée par l’Ong OXFAM qui préconise une hausse de 75% des impôts sur les plus grosses fortunes afin de réduire les inégalités. Concernant la crise climatique, la jeune suédoise Greta Thumberg a lancé une pétition sur Avaaz signé par 700.000 personnes contre les PDG des énergies fossiles et les décideurs qui les cautionnent.

Le Président du Forum de Davos Mr Borge Brende dans son discours de clôture a énuméré les engagements pris par les participants au Forum. Pour éviter la fragmentation, les participants se sont engagés à travailler d’une façon plus collaborative. Ils ont décidé également de créer deux consortiums : de la croissance pour faire bénéficier 350 millions de personnes d’une éducation meilleure et de l’amélioration de leurs compétences. Le deuxième consortium formé de 250 PDG se sont engagés à favoriser la parité Hommes/Femmes dans leur entreprise. Pour améliorer la résilience de l’économie face aux défis nombreux, il faut développer les investissements et les infrastructures. Cinquante pays se sont engagés à œuvrer pour améliorer le commerce mondial. Pour lutter contre le changement climatique, 80 entreprises se sont engagées à planter 7 milliards d’arbres dans 60 pays d’ici 2030. Trente neuf organisations se sont engagées à améliorer la santé dans le monde par l’innovation et la technologie. Dix entreprises se sont portées volontaires pour protéger les ressources en eau qui sont devenues rares dans plusieurs pays. Concernant la guerre en Ukraine, les participants se sont engagés à aider les réfugiés ukrainiens pour trouver un emploi, et une rencontre a eu lieu entre Madame Zelenski et le secteur privé présent au Forum pour promouvoir des investissements en Ukraine. Le Forum a également œuvré à réconcilier Israël et les Palestiniens, en organisant un rencontre entre le secteur privé israélien et palestinien. Le Forum s’est félicité de l’Accord de libre-échange africain ZLECA et a décidé d’apporter son aide pour le renforcement de cet accord qui permettrait de créer 30 à 40 millions d’emplois. Enfin le Forum a créé un Hub pour les jeunes Leaders afin d’encourager l’entreprenariat de la jeunesse.

A noter qu’une importante délégation marocaine s’est rendue au Forum de Davos conduite par le Chef du gouvernent et comprennent trois ministres représentant les départements du commerce et de l’industrie, la transition énergétique, et l’investissement, ainsi que le Directeur général de l’AMDIE (Agence marocaine de développement des investissements et des exportations). Mr Akhannouch a déclaré que le Maroc est devenu un modèle régional disposant d’infrastructures aux standards internationaux. Il a également mentionné que le Maroc est devenu un partenaire privilégié de l’Afrique, et un leader du développement durable grâce aux énergies renouvelables. Le Maroc dispose de nombreux avantages compétitifs pour accueillir les investissements étrangers, notamment grâce à la nouvelle Charte de l’investissement.   

En conclusion, le Forum de Davos, malgré les critiques des altermondialistes, demeure un lieu de rencontre entre les hauts responsables politiques et les grandes entreprises mondiales. La session de 2023 a tenté de trouver des solutions à la polycrise et à la fragmentation que connait le monde actuel. Au-delà des discours et des analyses, le Forum pousse les participants à s’engager dans des actions concrètes. C’est aussi une occasion rare pour des réunions B to B avec les hauts dirigeants des plus grandes entreprises mondiales. Il faut saluer l’importante délégation marocaine qui s’est rendue à ce Forum, qui a pris des contacts pour attirer les investisseurs étrangers, d’autant plus qu’avec la pandémie du Covid-19 plusieurs entreprises cherchent à délocaliser leur unité de production dans des pays de proximité.

Vues d'Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vues d'Afrique