Vues d'Afrique Avocat Me Wadii Mahammadi Vues d'Afrique

François Legault associe l’immigration à la violence, puis s’excuse pour ses propos

François Legault est revenu, mercredi, sur une de ses plus récentes déclarations, à l'effet que plusieurs de ses vis-vis des autres provinces lui avaient parlé des «défis d'intégration».

CAROLINE PLANTELa Presse CanadienneLe chef caquiste François Legault a dû s’excuser, mercredi, en fin de journée, pour ses propos associant l’immigration à la violence.

Vues d'Afrique

«L’immigration est une richesse pour le Québec, a-t-il gazouillé. Je suis désolé si mes propos ont porté à confusion. Ma volonté, c’est de rassembler.»

Plus tôt dans la journée, M. Legault avait déclaré que la venue d’immigrants posait un «défi» pour une société. Il affirmait que son analyse était partagée par d’autres premiers ministres provinciaux.

Appelé à élaborer sur ce sujet, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) avait soutenu qu’il fallait réfléchir au «genre de société qu’on veut», à nos «valeurs», à la «laïcité» et au «respect».

«Il y a une façon de vivre chez nous et on veut la garder, avait-il affirmé à Victoriaville. Je vous donne l’exemple de la laïcité. La laïcité, ça ne s’applique pas seulement au Québec.

«Il y a un défi d’intégration, et ce n’est pas vrai seulement au Québec, c’est vrai partout», a-t-il renchéri.

Vous parlez de respect, quelle forme de respect serait menacée? lui a demandé un journaliste. «Les Québécois sont pacifiques, ils n’aiment pas la chicane, ils n’aiment pas les extrémistes, ils n’aiment pas la violence.

«Il faut s’assurer qu’on garde ça comme c’est là actuellement, a répondu M. Legault. Le Canada, la France, l’Allemagne, tous les pays ont un défi d’intégrer les nouveaux arrivants.»

«Ça m’écoeure», lance Anglade

Il n’en fallait pas plus, au 11e jour de la campagne électorale, pour enflammer la cheffe libérale Dominique Anglade, elle-même d’origine haïtienne.

«C’est un amalgame extrêmement dangereux. La dernière chose dont on a besoin au Québec, c’est des gens qui nous divisent. François Legault ne cesse de vouloir diviser les Québécois.

«Je n’en reviens tout simplement pas, a-t-elle ajouté sur ses réseaux sociaux. François Legault fait un lien entre l’immigration, la violence et l’extrémisme. Ce genre de discours n’a pas sa place au Québec.

«Ça m’écoeure», a-t-elle plus tard lancé dans une vidéo.

À Québec solidaire (QS), Gabriel Nadeau-Dubois juge que la déclaration de M. Legault est un «dérapage».

M. Legault est un homme «qui dit ce qu’il pense», selon M. Nadeau-Dubois, «j’en conclus donc qu’il pense qu’il y a un lien entre les immigrants et la violence.»

«Je pense qu’au Québec, en 2022, on mérite mieux que ça. Quelqu’un qui pense qu’il y a un lien entre l’immigration et la violence ne mérite pas d’être premier ministre.»

Les paroles de M. Legault alimentent les préjugés, déplore également M. Nadeau-Dubois.

«François Legault oublie parfois que ses paroles ont des impacts sur la vie du monde. Il n’est pas vendeur dans un Jean Coutu, il est premier ministre.»

Le chef du Parti québécois (PQ), Paul St-Pierre Plamondon, a quant à lui déploré des propos «flous».

«Je laisse François Legault s’arranger avec des propos qui sont difficiles à comprendre, qui ne cadrent avec aucune politique publique», a-t-il dit.

Les partis politiques au Québec ne s’entendent pas sur le nombre d’immigrants à accueillir chaque année. La CAQ de François Legault propose des seuils d’immigration de 50 000.

Le PQ abaisserait ces seuils à 35 000, tandis que le Parti libéral du Québec les maintiendrait à 70 000 et que QS les augmenterait jusqu’à 80 000.  (Avec la collaboration de Patrice Bergeron, Stéphane Rolland et Frédéric Lacroix-Couture)

Source : Le Soleil

Vues d'Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vues d'Afrique