Corruption : l'Algérie, mauvais élève du classement Transparency international

L’ONG Transparency International positionne l’Algérie à la 92ème place dans son classement annuel sur la corruption.Avec une note de 3,2 sur 10, l’Algérie reste à la traîne, même dans lemonde arabe où elle occupe la 10ème position sur 18 pays arabesclassés, derrière la Tunisie, 62ème (4,4/10, en recul d’une place parrapport à 2007) et le Maroc, 80ème (3,5/10, en recul de 8 places).

Pour la sixième année consécutive, l’Algérie, paysproducteur de pétrole, enregistre des scores qui témoignent du mauvaisfonctionnement de l’Etat à tous les niveaux. L’administration estl’objet de toutes les critiques : la lenteur, l’incitation à lacorruption sont autant d’éléments accablants qui freinent toutetentative d’avancée à l’heure où les autres pays se conforment de plusen plus aux exigences mouvantes du monde moderne.

Le niveau de corruption qui affecte les administrationspubliques et la classe politique est au rouge depuis déjà plusieursannées. L’Algérie s’est classée, l’année passée, à la 99e place, alorsqu’en 2006 elle occupait la 84ème place (sur 163 pays). Une mauvaiseperformance qui compromet l’avenir d’un peuple qui cherche fébrilementses marques.

La lutte contre la corruption au point mort

Dans ce pays d’Afrique du nord, les budgets alloués parle gouvernement aux secteurs des différentes régions du pays ne sontjamais dépensés par les administrations locales sans qu’elles neprélèvent un bon pactole. Les élus locaux censés veiller à la bonnegestion des budgets assistent impuissants à la dégradation de lasituation, ce qui qui compromet la réalisation des objectifs dumillénaire pour le développement (OMD).

Le manque de volonté politique afin d’endiguer lephénomène de la corruption reste important en Algérie où la répartitionde la richesse demeure inégale.

D’autres pays, sur le continent africain, se retrouventmal classés dans le calcul de l’indice de corruption de Transparencyinternational. La corruption continue de faire son nid en Afrique.L’ONG signale une nette dégradation de la situation au Burundi. LeSoudan, le Tchad, la Guinée et la République Démocratique du Congo sontégalement mal placés, se partageant le haut du tableau. Le Nigeria,régulièrement cité comme l’un des pays où la corruption est endémique,a fait des progrès significatifs au cours de l’année écoulée. Le paysperçu comme étant le moins corrompu en Afrique est le Bostwana. LaSomalie avec l’Irak, la Birmanie et Haïti est classée parmi les pluscorrompus au monde.

Les meilleurs de la classe des pays « propres » présentésdans le rapport Transparency international sont le Danemark, la Suèdeet la Nouvelle-Zélande. chacun un indice de 9,3 points, suivis deSingapour, avec 9,2 points.